Un article de "La voix du Nord"



dimanche 05.12.2010,




La Voix du Nord




Actualité Lens

| APRÈS-MINE |



Affaissements miniers : les Lorrains porteurs d'espoir



Les bassins miniers lorrain et du Nord- Pas-de-Calais
partagent des dégâts liés aux affaissements et inondations.



img




Plusieurs associations de victimes de mouvements de terrains et autres affaissements miniers
ont évoqué leurs incessantes démarches pour obtenir des indemnisations lors des assises nationales de l'ACOM France (association des communes minières), jeudi et vendredi à Liévin. En la matière, les Lorrains redonneraient plutôt le moral aux quelque 2 000 foyers du Nord-Pas-de-Calais qui se sont fait débouter.

« Une décision du tribunal de Sarreguemines du 14 septembre dit que c'est à l'exploitant de prouver que les terrains sont stables. Elle dit aussi que le sinistré doit être informé », précise Bernard Glanois, du Collectif de défense des bassins miniers lorrains. Il ajoute que « La date butoir du 1er septembre 1998 ne tient plus », ce qui pourrait faire jurisprudence. Avant cette date inscrite dans la loi « risques » de 2003, tout désordre minier était automatiquement refusé par le Fonds de garantie, organisme chargé d'indemniser les victimes au titre de la solidarité nationale. Sans trop rentrer dans les détails, cette date correspond à des gros dégâts survenus en Lorraine mais la loi s'appliquant pour tous, les habitants du Nord-Pas-de-Calais avaient été invités à remettre leur dossier en 2004. En pure perte, donc.
Les affaissements miniers sont une chose, les inondations en sont une autre, quoique les premiers pourraient influencer les secondes.
Là encore, les Lorrains ont une expérience à partager, même s'ils considèrent que le Nord-Pas-de-Calais a 15 ans d'avance, la fermeture des mines ayant eu lieu plus tôt). « Nous avons attaqué devant le tribunal administratif. Nous dénonçons des mesures insuffisantes pour protéger la nappe phréatique des eaux qui sont en profondeur », explique Denis Knepper, chargé de mission à l'association Après-mine Moselle-Est.
L'autre recours porte sur le lessivage des terrils. En charriant des produits organiques voire des métaux lourds, les eaux de pluie seraient polluées à leur arrivée dans la nappe. « Sur le secteur de Forbach, on importe de l'eau d'Allemagne ou des syndicats des eaux voisins », explique le chargé de mission. Une situation qui intéresse vivement Octave Danhiez, président de l'Association de défense des victimes d'affaissements miniers et mouvements de terrain sur Avion. Pour l'Avionnais, les eaux en profondeur, dites d'exhaure, provoquent des inondations par le bas, « là où le sol a baissé d'une vingtaine de mètres. » Reste à prouver qui est responsable de cette pollution. •
PH. B




Article écrit par Bernard le Mardi 7 décembre 2010 à 14h21

[ Imprimer ] - [ Fermer la fenêtre ]